Avertir le modérateur

25/01/2007

Tu choisis laquelle ?

medium_Img_file_attente.jpgA chaque fois que je fais les courses, je choisis une caisse qui n'avance pas ou qui, au dernier moment, aura un problème technique ... heureusement, la Lem est là pour tout expliquer ! ( promis juré, c'est moins long que la tartine :P )

Pourquoi l'autre file va toujours plus vite

C'est une des grandes détresses dans les magasins : le désespoir de ceux qui se disent "Ah, si j'avais pris l'autre file, je serais déjà sorti !".
Nous allons explorer plus en détail cette situation afin de comprendre exactement pourquoi ça arrive si souvent.

Imaginons des queues parallèles allant à des vitesses différentes, dans un grand centre commercial. Si vous prenez une file, au hasard, elle a deux voisines. Statistiquement, si on considère qu'une file ne voit que ses voisines ( les queues plus lointaines sont souvent cachées ou n'attirent que peu notre attention ), alors une file a seulement une chance sur trois d'être la plus rapide ! Donc dans deux cas sur trois, il y a une queue qui avance plus vite que la votre. La loi est donc pas mal vérifiée, pour une loi empirique ! Le "toujours" est un petit peu exagéré, mais bon ...
Seulement, si on y réfléchit, finalement, vous n'avez qu'une chance sur trois d'être dans le pire des cas : celui où votre file est la plus lente. Donc vous avez en fait deux chances sur trois d'avoir une queue plus lente que la votre à côté de vous. Alors, de quoi se plaint-on ? Le problème c'est donc essentiellement que quand vous faites la queue, vous ne regardez pas du bon côté ! Pourquoi est-ce qu'on regarde toujours les queues les plus rapides ? Pour le plaisir de souffrir ? On est pas des masochistes non plus ! Détendez vous, profitez de la vie, et regardez plutôt du côté de la file qui va plus lentement que vous, en vous disant "Ah, si j'avais été dans cette queue, j'y serais encore !".

La Loi de Murphy des queues a d'ailleurs été vaincue ! Avec un système de gestion des files, tout le monde est dans la même queue et se répartit quand vient son tour aux guichets libres. Une seule queue pour plusieurs guichets : il fallait y penser. Comme ça, on ne peut pas avancer plus vite, et on passe dans l'ordre d'arrivée !

 

Stitch, qui choisira toujours la plus lente, quoiqu'il advienne :P

05/01/2007

T'es beurrée ? - Last but not least

medium_tartine_beurre_d_arachide.jpgAsseyez vous confortablement, avec la physique quantique, on a du mal à suivre !

 
Applications des lois quantiques au problème de la loi de la tartine beurrée :
Les lois quantiques semblent entraîner des phénomènes inattendus dans l'observation pratique du théorème des tartines beurrées.

En effet, les lois quantiques stipulent que l'on ne peut pas obtenir en même temps toutes les informations concernant une  particule à un instant t ( vitesse, position, état ). Donc, concernant les particules de tartines beurrés, si on les voit tomber, alors, la face beurrée ( ou recouverte par tout type de produit alimentaire, y compris le nutella ) touche le sol la première ( loi de Murphy ) MAIS il est impossible de savoir si la face beurrée de la tartine au sol est la même que la face que l'on a soi-même beurrée ! En effet, en matière quantique, une particule peut se trouver à 2 endroits à la fois au même moment !

Ainsi, les particules beurrées lors de la chute se trouvent dans un  champ d'incertitude probabiliste ( "principe d'incertitude" ) qui permet au beurre de se trouver sur les deux faces de la tartine simultanement. Au contact du sol, le champ probabiliste se rompt et les particules de beurre se positionnent sur la face contre terre ( quelle qu'elle soit ! ). La pose d'une marque sur l'autre face ne permet pas de contrer cet effet, les particules de la marque se trouvant alors plongées  dans le champ quantique et pouvant donc apparaitre sur n'importe laquelle des 2 faces ( comme toutes autres marques ou points de repère, l'observation de ces points engendrant l'effet quantique )

L'application de ce principe remet en cause la théorie de lévitation felino-tartinique. En effet, tant que le système chat/tartine  ne s'écrase pas au sol, il est maintenu dans le champ d'incertitude probabiliste et donc ne  pose pas de paradoxe insoluble. Une fois le systeme entré en contact avec le sol, il est trop tard pour observer la dualité du complexe félino-tartinique écrasé sous le vaisseau spatial, les pattes et le beurre se mettant alors en conformité avec les lois naturelles.

Cas de l'œuf beurré : l'œuf beurré semble être la solution la mieux adaptée concernant le problème de l'antigravité.

Considérons un œuf ( cru ou cuit ). beurrons sa surface dans son intégralité. lors de sa chute, l'ovoïde sera plongé dans le champ d'incertitude quantique décrit ci-dessus. Les particules de beurre sont donc présentes simultanement sur toute les faces de l'ovoïde MAIS PAS À L'INTÉRIEUR, l'œuf étant plein. Lors du contact avec le sol ( ou toute surface coupant la trajectoire œuf/centre-du-corps-planétaire ) le champ d'incertitude se rompt le beurre se positionne sur la surface de l'œuf en contact avec le sol.

Mais l'œuf casse et il existe une très forte probabilité qu'un éclat de coquille se retrouve alors face interieure contre sol c'est à dire face non beurrée CE QUI EST IMPOSSIBLE.

Ce cas pose une double question : qu'arrive-t'il donc à un œuf-plein/beurré en chute libre ? Est-il maintenu en l'air ( antigravité ) ou devient-il incassable lors du contact avec le sol ( Supra-résitance-moléculaire ) et dans ce cas pour combien de temps ?

Un problème se pose néanmoins : qu'arrive t'il à notre systeme œuf-plein/beurre, si on se met à considérer les systèmes éclats-de-coquilles/beurres comme autant de systemes quantiques indépendants en chute libre ???

Dans tous les cas, si il était prouvé que ce système engendre un champ antigravitationnel par opposition paradoxale probabiliste, alors le problème majeur du systeme félino-tartinique ( l'ingestion de la tartine beurrée par l'animal ) n'aurait plus lieu d'être posé.

Thomas ECHAPPE
Libre penseur tartino-addict, Angers

PS : L'antigravité par système félino-tartinique peut pourtant rester valable à haute altitude, l'atterissage du chat pouvant être alors comparé à celui de l'œuf.
 
Attraction félino-journalistique :

Tout le monde connaît aujourd'hui la célèbre découverte de l'antigravité, celle-ci n'étant autre qu'une application des attractions féliniennes et beurrières qui, conjuguées, produisent une force de répulsion félino-tartinique.

C'est en particulier ainsi que l'on connaît l'explication du bruit que produisent les soucoupes volantes.

Or, de récentes expériences ont mis en lumière une autre force jusqu'à présent inconnue des scientifiques murphystes.

La plus simple peut se faire chez tout un chacun.

Le matériel requis est le suivant :

- un chat, de préférence jeune et en bonne santé
- une table, par exemple celle de votre salle à manger
- un journal quelconque
- un expérimentateur, vous

- Commencez par poser le journal sur la table.
- Ouvrez-le à une page quelconque
- Regardez attentivement cette page

Le résultat ne se fait pas attendre : le chat se retrouve allongé de tout son long sur le journal, à l'endroit précis que vous fixiez.

Cette découverte a fait grand bruit parmi les militaires. Ceux-ci, toujours craintifs d'une éventuelle attaque extra-terrestre, ont déjà mis en place dans le désert du Nevada une immense étendue de journaux prêts à être intensément lus par des experts en murphisme, dans l'espoir d'annuler l'effet félino-tartinique qui maintient les soucoupes en vol.

Des questions cependant, restent en attente de recevoir une réponse. Ainsi :
- Est-il possible que cette attraction félino-journalistique soit réciproque ? Autrement dit, le journal serait-il lui aussi attiré par les félins ?
- La loi régissant cette force demeure inconnue.
On ne sait donc si cette attraction est proportionnelle à la distance séparant journal et félin.
- Certains expérimentateurs ont proposé une explication troublante. En fait, le chat apparaîtrait sur le journal.
En effet, de nombreux testeurs ne voient le chat que lorsqu'il "apparaît" sur le journal.
Il s'agirait alors d'un phénomène de dématérialisation/rematérialisation, ce qui pourrait conduire à de fabuleuses découvertes.
- Existe-t-il d'autres forces de ce type ?
On a déjà songé aux possibilités chat/canapé, chat/pieds de dormeur.

D'autre part, il existerait également une force de translation canino-baballique, laquelle est actuellement testée dans nos laboratoires spécialement équipés.

Patrick Renaud
 
Parachutes et biscottes :

Il y a bien longtemps, les aviateurs utilisaient du beurre pour se tenir les cheveux et ne pas se décoiffer ( les avions étaient ouverts jadis et la colle ou le gel pas assez puissants ). Ils connaissaient bien la loi de Murphy et ils décidèrent de trouver une parade pour ne pas retomber du côté du beurre, et donc la tête la première, lorsqu'ils s'éjectaient. Ainsi ils trouvèrent le parachute qu'ils accrochèrent dans le dos. Le parachute à en effet la faculté de retenir l'air qui lui permet de se stabiliser et de garder une position verticale, tête vers le haut ( malgré le beurre qui tente de retourner le tout !!! )

Dix ans plus tard un inventeur désirant garder l'anonymat nous fit part de son idée de mettre un parachute à ses tartines de beurre. Hélas, les tartines n'ont pas de dos pour accrocher le parachute. Donc son étude se prolongea plus loin. C'est alors que furent inventées les biscottes. Leurs petits trous, bouchés par le beurre, forment des dizaines de petits parachutes ( qui n'ont pas besoin de dos pour s'accrocher )

Ce fut une révolution ! Mais la loi de Murphy à plus d'un tour dans son sac ! Dès lors, la tartine, dont la structure interne est affaiblie par les petits trous, se casse dans la main de la personne qui se faisait sa tartine. Le beurre se répand alors dans la main du malheureux.

 

éPilOgue :

Pourquoi vous ai-je donné tout ça a lire ? et bien figurez vous que la semaine dernière, j'ai entendu à la radio que des scientifiques venaient de trouver pourquoi la tartine tombe toujours du coté beurré Oo

C'est authentique ... des gens sont payés pour ça ... pour de vrai ... et en fait ils ont établis que le fait de beurrer la tartine rendait celle-ci légèrement courbe ... la pression exercée pour appliquer le beurre par le tartineur fait que la tartine devient propice, aérodynamiquement parlant, au retourné simple, et donc a ne faire qu'un demi tour et se ramasser la gueule du coté beurré, nutellaté ou confituré ...

Bref, on s'autopiège !

 

Stitch, qui vient de faire de vous, cher(e)s lecteur(se)s des maitres en matière de sujet tartinesque ... alors, heureux ?

04/01/2007

T'es beurrée ? - Partie 2 !

medium_chatartine.jpgMaintenant que t'as tout bien compris sur le principe de la tartine beurrée, nous allons compliqué les choses ...

Malgré quelques tentatives scientifiquement menées, cette loi n'a en fait jamais pu être prouvée expérimentalement. En effet, elle n'est qu'un cas particulier de la loi de Murphy : par définition, la loi fait échouer toute expérience visant à l'établir.

Le génial et déjanté Robert Matthews a démontré que dans tout univers de type conventionnel contenant des êtres verticaux similaires à l'homme ( assimilés à des cylindres de polymère ), dont les tables se situent à la moitié de leur taille, une tartine fera toujours un nombre impair de demi-tours lors de sa chute et tombera du côté beurré.

Donc : cette Loi est valable pour tout être vaguement humanoïde !

Ce qui amène le mathématicien Ian Stewart à se poser la question si Dieu est malicieux ( je dirais sadique ).

Considérations physiques :

Lévitation félino-tartinique :

L'expérience montre de manière irréfutable que lorsqu'une tartine beurrée tombe d'une certaine hauteur, c'est toujours le côté beurré qui touche le sol. Le seul changement du point de vue énergétique est une diminution de l'énergie potentielle, puisque l'état de la tartine reste inchangé.

Que la tartine tombe avec le côté beurré vers le bas ou vers le haut, la quantité d'énergie potentielle perdue est la même. Mais si elle tombe le côté beurré vers le bas, l'entropie augmente de manière notable. En effet, en touchant le sol, le beurre n'est plus confiné à la tartine mais se répand sur le sol, ce qui augmente l'entropie du système.

Pour respecter les lois de la thermodynamique, on peut donc conclure qu'une tartine beurrée essaiera toujours de tomber avec le côté beurré vers le bas.

Ce rappel sur les principes qui régissent la fameuse Loi de la Tartine Beurrée permet de mieux comprendre les recherches menées par les physiciens dans le domaine de l'antigravité. En effet, une autre loi de la physique stipule que si vous lancez un chat par la fenêtre, et ce quelle que soit la hauteur, il retombera toujours sur ses pattes. La question qui surgit alors est : que se passe-t-il si on attache une tartine beurrée sur le dos d'un chat ( avec le côté beurré apparent, bien évidemment ) avant de le lancer par la fenêtre ? Est ce que le chat retombe sur ses pattes ? Est-ce que le côté beurré touche le sol ?

Si vous êtes par trop faignant pour mener à bien l'expérience vous-même, quelques déductions logiques devraient vous permettre d'arriver au résultat.
Les lois de la Tartine Beurrée stipulent de manière définitive que le beurre doit toucher le sol alors que les principes de l'aérodynamique féline réfutent strictement la possibilité pour le chat d'atterrir sur le dos. Si l'assemblage du chat et de la tartine devait atterrir, la nature n'aurait aucun moyen de résoudre ce paradoxe.
C'est pour cela qu'il ne tombe pas.

C'est de cette manière que le secret de l'antigravité a été découvert. Un Chat-Tartine, s'il est lancé d'une fenêtre, s'élèvera à une hauteur appropriée qui sera le point d'équilibre des forces de retournement félin et d'attraction beurrière. Ce point d'équilibre peut être soigneusement modulé en enlevant un peu de beurre pour le faire monter ou en enlevant quelques-unes des pattes du chat pour le faire descendre.

Cette technique est d'ailleurs déjà largement utilisée par les espèces qui ont entrepris des explorations interstellaires, et le bruit entendu à proximité des OVNI n'est autre que le ronronnement de milliers de chats.

Mais ce système n'est pas sans danger, car pour peu que le chat réussisse à manger la tartine, la catastrophe est inévitable !
Les chats retombent sur leurs pattes mais ne survivent que le temps de recevoir sur la tête les gigantesques vaisseaux spatiaux portés au rouge par le frottement atmosphérique et pleins d'extra-terrestres en colère.

Pour trouver une solution à ce délicat problème, plusieurs équipes de chercheurs travaillent d'arrache-pied pour synthétiser un beurre qui ne plaise pas aux chats.  Le beurre de cacahuètes semble très prometteur, mais les expérimentations sont toujours en cours.
 
Suite de la Physique félino-beurrique :
( par Gabriel Smagghe )

Nous sommes tous d'accord et totalement synchrones sur le fait que l'assemblage " chat/tartine-beurée " ou " tartine-beurrée/chat " ne peut en aucun cas tomber si cet assemblage se réalise Dos à dos.

Attention toutefois les solutions " chat-beurré/tartine " et "Tartine-Chattée/beurre" ne fonctionnement absolument pas, elles sont même très dangereuse parfois le beurre se rebiffe et mange le chat entre deux tartines !!!
Nous avons vu précédemment que grâce à l'assemblage "chat/tartine-beurée", un chat jeté par une fenêtre resterait au dehors au même niveau que la fenêtre, c'est à dire au même niveau que son niveau de départ.

En fait ce phénomène, n'aura pas la même réaction ni la même efficacité selon la température extérieure et le type de beurre utilisé.

A partir du moment la température extérieur dépasse la température nominale et originale du beurre, celui-ci commencera irrémédiablement à fondre. De ce fait l'équation équilibrée de l'antigravité perdra automatique sa valeur d'équilibre (appelée "point zéro"). Le beurre en fondant finira par couler sur le dos, puis les pattes du félin. La tartine dépouillée de son beurre sortira petit à petit du cadre de l'antigravité. Ce qui provoquera instantanément la chute regulière ( douce et amortie ) du chat.

Il est possible contre-balancer la perte du beurre en utilisant de la confiture. En effet suite au tests réalisés avec du beurre, des tests similaires ont étés réalisés avec une tartine confiturée, puis une tartine-beurrée-confiturée.
Les résultats ont formellement établi que : "Quel que soit l'ingrédient utilisé ( à condition qu'il soit de type pâteux ) l'équation de l'antigravité tartino-félinique s'équilibre et se place sur son point Zéro".
Il convient donc de choisir avec grand soin l'ingrédient à tartiner ( voir même le mélange d'ingrédients ou les couches d'ingrédient ), afin que la solution choisie corresponde parfaitement aux définitions primaires de l'expérience à réaliser.

Il est donc possible ( aprés avoir validé le dosage adéquate ), d'utiliser la physique Tartino-félinique ou Félino-beurrique dans la vie courante de tous les jours.

Nous allons vous en donner quelques exemples ci-dessous.

- la Tartino-Félino-Poubélique :
Vous habitez en appartement, au quatriène étage sans ascenseur. La corvée de poubelles vous incombe, il vous faut descendre tous les soirs cette #@"!?$&#@ poubelle. Solution : Vous prenez votre chat, votre tartine et votre beurre. Vous procédez au montage et à l'assemblage indiqué au dos de la Tartine. Vous coincez la poignée de la poubelle dans la gueule du chat, vous jetez le tout par la fenêtre. Dés que le beurre commence à fondre l'ensemble descend jusqu'au trottoir là où vous auriez dû mettre la poubelle et ce sans casse. Par contre il n'y a aujourd'hui pas de solution pour faire remonter le chat et la poubelle par le même procédé.

- le Félino-Tartino-Mouches :
L'été est là ( nous aussi ) , et les mouches ( guêpes et autres insectes ) sont forcément de retour. Pour éviter de manger avec ces insectes, utilisez la solution suivante :

Prenez votre chat ( ou chatte ), votre tartine.
Vous confiturez à la fraise ( la cerise ne marche pas aussi bien ) votre tartine.
Vous la mettez sur le dos du chat.
Vous placez votre chat à environ 1 m 80 du sol pendant votre repas au dessus de la table.
Tous les insectes viendrons sur la tartine, et vous pourrez manger tranquille.
Ne vous inquiétez pas après le repas pour votre chat, une fois que les insectes aurons mangés toute la confiture, il redescendra par terre tout seul et sans dommage. Si par erreur vous mettez trop de confiture, votre assemblage pourra vous servir plusieurs repas de suite.

- la Tartino-Félino-Lumière :
Vous étes en camping et vous devez manger dehors. Mais ces #@"!?$&#@... d'insectes sont toujours présents. De plus le soir vous n'avez pas de lumière fixe pour manger dehors, alors ??
Alors : En utilisant la solution précédente pour les insectes, et en intercalant un lampe de poche entre la tartine et le chat, celui-ci vous éclairera pendant tout votre repas. Comme expliqué dans la notice précédente, ne vous préoccupez pas du chat, qui finira bien par redescendre tout seul. Mais pensez à éteindre la lumière à la fin du repas. vous risquez d'avoir besoin de lumière pour le repas du lendemain.

Remarque de lambert :

Quel que soit le moyen utilisé pour fixer la tartine au dos du chat, c'est le mauvais moyen : la tartine va forcément se détacher et atterrir sur le tapis côté beurré, laissant le chat se poser sur ses pattes.

Voyeeeeeeeeeeeeeeeez ?

 

Stitch, qui terminera le chapitre demain en évoquant la physique quantique afin que vous puissiez bien briller en société et surtout que personne ne puisse vous piéger sur ce thème fort passionnant ! ... le problème c'est que ce sera encore moins simple à suivre !!

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu